Il parait que sur un portfolio…

…il faut se présenter un minimum. Ça permet aux visiteurs (toi en l’occurrence…) de mieux appréhender, voir apprécier les photos visibles sur le site d’un photographe en mettant un « visage » sur ce photographe. Et bien soit… faisons connaissance.

Alors, je ne vais pas faire un récit sur mes « exploits » photographiques ou encore parler de moi à la troisième personne en vantant mes aptitudes à capter le visible dans l’invisible, blablabli… blablabla…
Non je vais plutôt la jouer facile. Je vas faire un p’tit copier / coller de réponses que j’avais apportées au site internet lense.fr il y a quelques mois de cela (Lense.fr met régulièrement en avant des photographes qui sont présents sur leur site par l’intermédiaire d’un petit échange de questions-réponses).

Voici donc cet échange :

Quel est ton rapport à la photographie ?

Acteur et spectateur. J’alterne entre les phases où je peux ressentir le besoin de faire des photos tous les jours et des moments plus ou moins longs où je ne vais pas toucher l’appareil. Pendant ces périodes de calme j’en profite pour lire des magazines, des livres, explorer le Web, voir des portraits sur des photographes, etc. Ce qui est sûr, c’est qu’il n’y a pas un jour où je ne pense pas à la photographie. C’est une passion et j’adore ça.

Comment tu as commencé à en faire ?

En fait il y a eu deux commencements. Un premier vers mes huit, neuf ans où je me suis vu offrir un appareil photo (un Kodak Brownie Starlet camera) par mes grands-parents. Je faisais essentiellement des photos lorsque je partais en vacances. Des photos de la famille, du lieu où je me trouvais, de mes jouets. Ayant eu successivement, un polaroid, un Kodak Disc je me suis amusé pendant quelques années et l’adolescence arrivant, les priorités ont changé.

Donc un second commencement est né vers le milieu des années quatre-vingt-dix où chez mon père végétait un Minolta 7000i avec deux objectifs. Curieux dans un premier temps de voir comment fonctionnait un réflex, je me suis un peu documenté sur les rudiments de la photographie. C’est depuis ce temps-là que je me suis vraiment intéressé à la photo et tenté d’en faire.

Quels sont tes sujets de prédilection ?

Déjà je sais lesquels ne le sont pas : le portrait ou encore le studio. Ceci étant dit, mes sujets de prédilection sont aussi divers que variés. Ça va du paysage en passant par la rue, ou encore la macro, un peu de sport… De jour comme de nuit. En fait c’est dès que je vois un truc qui attire l’œil. Une lumière, une ombre, un détail, une situation. Ensuite ça ne veut pas dire que ça va faire la photo, ce serait trop facile, mais au moins j’aurais pris du plaisir à capturer un moment.

Un appareil et une focale de prédilection ?

Après mon Minolta 7000i, le premier reflex numérique que j’ai utilisé était un Sony Alpha 700. Depuis 5 ans j’ai un Sony Alpha 77 II avec un Sony 16-50 mm. J’ai d’autres objectifs mais je les utilise très rarement. Alors pourquoi Sony ? Et bien tout simplement parce que Sony ayant racheté Minolta, je me suis naturellement tourné vers cette marque pour pouvoir monter mes objectifs de l’époque sur l’Alpha 700. Mais je ne suis pas sectaire et si Leica veut me faire don d’un SL2-S, je l’accepterai avec plaisir. Remarque je ne serai pas contre un Alpha A7 III.

Photographes de références / iconiques / inspirations ?

Plein et dans le désordre : Joël Meyerowitz, Saul Leiter, Steve Mc Curry, Fred Lyon, Martin Parr, Raymond Depardon, Sabine Weiss, Henri Cartier-Bresson, William Eggleston, Vivian Maier, Ernst Haas, Joël Sternfeld, Harry Gruyaert, Frank Horvat, Philip-Lorca Dicorcia… J’aime les photographies de tous ces photographes et pour certains d’entre eux j’aime la manière dont ils parlent de la photographie en générale.

Mais j’aime également des artistes autres que dans le milieu de la photo comme par exemple, Edward Hopper, Gustave Caillebotte, Edouard Manet, Claude Monet, qui peuvent être des sources d’inspirations.

Le lien vers l’échange questions-réponses sur le site lense.fr : https://www.lense.fr/news/portrait-de-lenser-franck-vallet/